• octobre

    19

    2022
  • 87
  • 0
Froid et BTP : comment adapter son chantier en hiver ?

Froid et BTP : comment adapter son chantier en hiver ?

En tant qu’artisan du bâtiment, vous êtes fréquemment contraint de travailler en extérieur, dans des conditions météorologiques rarement favorables. La température et la météo sont souvent peu clémentes pour les artisans et ouvriers qui évoluent sur les chantiers du BTP. En hiver, vous êtes exposé au froid, au vent, à la neige et au verglas. Quelles précautions prendre ? Comment assurer la sécurité et le confort des travailleurs du bâtiment ? Que dit la loi à ce sujet ? Comment organiser les chantiers en conséquence ? Essayons de comprendre.

 

Froid et BTP : quels sont les risques sur un chantier ?

 

Si travailler dans le froid peut être supportable, il existe de réels dangers à évoluer dehors lorsque :

  • les températures descendent en dessous de 5 °C ;
  • l’exposition est prolongée ;
  • les ouvriers sont mal préparés.

Quels sont les risques encourus ? Ils sont principalement physiques :

  • hypothermie, pouvant conduire au décès ;
  • refroidissement des extrémités, engelures, pouvant aller jusqu’à l’amputation ;
  • inflammation des bronches ;
  • problèmes articulatoires ;
  • problèmes circulatoires ;
  • engourdissement des membres.

L’ensemble de ces maux peuvent entraîner des chutes et des blessures. Les risques d’accident sont par conséquent bien réels.

La température n’est pas le seul élément à prendre en compte. Le vent, la pluie ou encore la violence des efforts sont des facteurs aggravants.

 

Que dit la loi sur le travail en extérieur en hiver ?

 

Le code du travail reste muet sur la définition d’un seuil de température en deçà duquel il serait interdit de travailler.

Il appartient toutefois à l’employeur d’assurer la sécurité de ses employés, quelle que soit la situation. En raison de cette responsabilité qui lui incombe, il doit rester vigilant et tenir le DUER (document unique d’évaluation des risques) à jour.

 

Chantier pendant l’hiver : comment assurer sa sécurité ?

 

La sécurité est essentielle sur un chantier, à plus forte raison en hiver.

Si le froid est dangereux sur un chantier BTP en hiver, la neige l’est tout autant.

 

En hiver, travailler dehors peut s’avérer désagréable lorsque les températures baissent fortement et que vous êtes mal équipé. Exercer son métier dans ces conditions peut surtout vous placer dans une situation d’insécurité. Quels réflexes adopter pour éviter de se mettre en danger ? En plein cœur de l’hiver, il est essentiel de :

  • porter des chaussures de sécurité antidérapantes ;
  • adapter les horaires de travail en fonction du froid, afin d’éviter de se trouver sur le chantier durant les heures les plus froides. Il est néanmoins important de prévoir une amplitude horaire suffisante pour permettre aux ouvriers de prendre un grand nombre de pauses ;
  • surveiller quotidiennement la météo, afin de prendre les mesures nécessaires en cas de grand froid, notamment cesser le travail ;
  • faire preuve de vigilance accrue dès que les températures sont inférieures à 5 °C ;
  • éviter le port de charges trop lourdes, car le froid associé à des efforts physiques engendre des spasmes bronchiques ;
  • éviter le port d’écharpe qui peut donner lieu à des étranglements ;
  • surveiller la force du vent, afin de savoir si les échafaudages, les engins de levage ou les engins employés pour les travaux en hauteur sont utilisables ;
  • bien dormir, car en étant en forme, il est plus facile de résister au froid ;
  • bien se nourrir, afin de posséder des réserves suffisantes pour armer son corps contre le froid. Privilégiez les glucides complexes, de type céréales, pâtes, pain complet, mais également des protéines, notamment des légumes secs ;
  • éviter de boire du café. Celui-ci augmente en effet le rythme cardiaque, ce qui peut donner une fausse impression de chaleur.

En dehors de ces mesures spécifiques, le port du casque reste obligatoire, ainsi que celui des autres EPI. Ils doivent être fournis par l’employeur.

 

Froid sur un chantier : comment assurer son confort ?

 

Au-delà du danger, il est important d’être à l’aise sur un chantier, même en cas de grand froid. Quelles sont les astuces pour travailler confortablement ? Sur un chantier en hiver, il est important de :

  • porter plusieurs couches de vêtements amples, fins, mais chauds, superposés sous un coupe-vent. Privilégiez les vêtements techniques, qui conservent la chaleur, tout en évacuant l’humidité ;
  • bien couvrir les extrémités (cou, tête, mains, pieds) avec des bonnets, gants, chaussettes et cache-cou en polaire ;
  • se déplacer régulièrement, afin de désengourdir ses membres et de se réchauffer ;
  • couvrir le nez et la bouche, afin de limiter l’inspiration d’air froid ;
  • porter des chaussures isolantes et imperméables, d’une pointure au-dessus, afin de pouvoir porter de grosses chaussettes ;
  • faire des pauses régulières au chaud et consommer des boissons chaudes.

 

Comment aménager le chantier en fonction du froid en hiver ?

 

Afin d’assurer le confort et la sécurité des travailleurs, un chantier BTP doit être organisé et aménagé intelligemment.

Comment bien travailler en hiver sur un chantier ? Il est notamment important de :

  • mettre en place des alertes météo ;
  • baliser la zone de travail : Les zones verglacées doivent être repérées et matérialisées, afin que vous ne risquiez pas de glisser dessus ;
  • verser du gros sel sur les plaques de verglas ;
  • installer des écrans ou des bâches pour isoler les ouvriers de l’air glacial ;
  • installer un appareil qui souffle de l’air chaud ;
  • évacuer les blocs et couches de neige situés en hauteur, qui risqueraient de s’effondrer ou de faire plier une toiture ;
  • faire un point régulier avec les équipes ;
  • faire tourner régulièrement les moteurs, afin de les conserver chauds ;
  • mettre en place des roulements d’équipes, afin que toutes ne travaillent pas dehors en même temps ;
  • mettre un abri à disposition des ouvriers : Il peut s’agir d’une simple roulotte ou d’un bungalow de chantier. Ces refuges sont néanmoins essentiels ;
  • reporter ou annuler un chantier : L’article L.5424-9 du code du travail dispose que lorsque les conditions ne permettent pas aux ouvriers de travailler sans se mettre en danger, l’employeur est en droit de demander le report ou l’annulation d’un chantier. L’employé percevra alors une allocation chômage « intempéries ». La prime correspond à 75 % du salaire brut, mais 90 % du salaire net, en raison de l’absence de charges ;
  • invoquer son droit de retrait : Le code du travail donne également droit à l’employé de se retirer, en cas de danger grave et imminent. Afin de permettre à la situation de se débloquer, il est toujours préférable de prévenir l’employeur de votre volonté de vous retirer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Your comment will be published within 24 hours.

Guides populaires
Réussir en tant qu'artisan

Le site Artisan du Bâtiment est un guide permettant aux artisans et professionnels des travaux de développer leur entreprise et leur chiffre d’affaires. Les solutions pour réussir en tant qu’artisan et développer sa société.

Obtenir des chantiers

Trouvez des chantiers dans votre région. Entrez en contact avec les particuliers

Faire une demande

Création de site internet

Votre site internet à 50 euros par mois. Devenez visible sur le web avec Artisandubatiment

Avoir un devis
Nous contacter - © Copyright 2022, Le site des artisans du bâtiment par France Devis